Cabinet Jedac Rotating Header Image

Maisons d’accueil temporaire

Maisons d’accueil temporaire, ou d’accueil de jour…

Autrefois peu connues, elles commencent à se développer, principalement en zones urbaines ou péri-urbaines. Destinées à l’accueil des personnes âgées, elles sont conseillées aux familles. Comment fonctionnent-elles? Pour en savoir un peu plus.

Il n’y a pas si longtemps, lorsqu’un ascendant âgé et fatigué ne se sentait pas bien, on l’hospitalisait, afin de faire le point sur son état de santé, et si on ne trouvait rien de sérieux médicalement parlant, le médecin prescrivait des soins de suite, c’est-à-dire un séjour dans une maison de convalescence, ou de réadaptation fonctionnelle ou encore de rééducation.

Ces séjours faisaient du bien à nos aînés et les mutuelles ou complémentaires santé prenaient en charge, dans le cadre de certaines formules, le forfait journalier et, éventuellement, le prix de la chambre particulière, lors de ces soins. Il s’agissait souvent d’un nombre de jours maximum par an. Les soins prodigués lors de ces séjours étaient pris en charge par la sécurité sociale.

Les différents plans de financement de la sécurité sociale (PLFSS) ont redéfini les soins de suite et la pertinence de leur prescription médicale. Ainsi, une personne âgée ne souffrant d’aucune pathologie particulière ne se verra-t-elle plus prescrire ce type de séjour (dit autrefois « moyen séjour »). En effet, les soins de suite doivent désormais accompagner le rétablissement d’un patient à rééduquer, suite à une hospitalisation médicale et/ou chirurgicale.

Les maisons d’accueil temporaire voient ainsi progressivement le jour. Destinées aux personnes âgées dépendantes et qui sont hospitalisées ou maintenues à leur domicile, elles ont une double fonction : aider les Seniors à rompre avec le quotidien en leur proposant des activités de groupe (accueil de jour) ; ou soulager les soignants de la prise en charge quotidienne de leurs aînés (vacances de la famille, absence pour congé des soignants habituels…). Elles peuvent aussi offrir une solution de relogement temporaire aux Seniors qui font réaliser des travaux à leur domicile.

Le séjour temporaire ne peut pas excéder 90 jours par an. Il peut naturellement être fractionné en périodes plus courtes.

La sécurité sociale ne délivre aucune prise en charge pour ce type de séjour, pas plus que les mutuelles ou complémentaires santé, dans la mesure où ce séjour n’est pas assimilé à une rééducation ou à une convalescence, puisqu’il n’est pas prescrit suite à une hospitalisation. Nombre de mutuelles ou complémentaires santé prévoient bien un poste de prise en charge du forfait journalier, voire de la chambre particulière, pour des soins de suite, mais pas dans le cadre de cet accueil temporaire. Pour le tarif appliqué, selon le degré de dépendance, la zone d’hébergement et les soins, il faut budgéter de 20 à 60 € par jour. Seul recours pour les Seniors concernés et leurs familles, outre les économies personnelles : l’A.P.A. (L’Allocation Personnalisée d’Autonomie, accordée en fonction du degré de dépendance, voir L’APA, sur service-public.fr), éventuellement complétée par l’A.S. (l’Aide Sociale, à demander à la mairie du domicile).

Encore peu connues du grand public, les maisons d’accueil temporaires constituent un véritable recours pour les familles soignantes de Seniors dépendants. On peut espérer que la prise en charge de ces séjours, même partielle, verra le jour au sein des tableaux de garanties de nos mutuelles ou complémentaires santé, qui, après tout, avaient bien intégré l’aléa de ces séjours dans les garanties proposées lorsqu’on parlait encore de soins de suite. Seul problème : la sécu n’y participe pas du tout. Alors, aux organismes complémentaires de créer une couverture adaptée à ce nouveau mode de séjours!

(Anne PELLAZ)